L’Afrique n’est pas la pauvreté, le terrorisme et la guerre, et le Sénégal n’est pas le pays du vuccumprà et des morts en mer. L’exemple d’une plateforme web qui relance les producteurs locaux

De grandes choses se passent dans ce pays. Et l’agriculture africaine est en train de se révolutionner grâce à la créativité de jeunes entrepreneurs, étudiants des écoles et universités d’agronomie, de commerce et d’informatique. Et bien que la religion et les traditions locales restent les piliers fondamentaux de la vie communautaire, la technologie et l’innovation sont accueillies comme des solutions possibles aux problèmes qui affligent encore le pays. Si certains décident d’embarquer en mer et de tout risquer pour un avenir meilleur ailleurs, d’autres ont décidé de faire de même, mais chez eux. Nous parlons de ces jeunes dont les médias ne parlent pas. Parlons de ces garçons et filles sénégalais avec lesquels je travaille chaque jour, qui ont compris la valeur de la vie et leur rôle fondamental dans la transformation de leur continent, au-delà de l’aide humanitaire, du volontariat et des projets de coopération internationale.

Car eux seuls peuvent y arriver, dans ce défi d’époque pour un changement durable d’un continent colonial dominé par le développement occidental “durable”, qui vend ses matières premières à l’étranger et les rachète, transformées, à un prix inaccessible à la population locale. Le faire, dans un système capitaliste qui appauvrit les agriculteurs et donne les terres ancestrales des peuples autochtones aux multinationales. Comment, dès lors, trouver un marché local capable d’acheter des produits sénégalais et de garantir aux agriculteurs un bon revenu ?

La startup Mlouma (louma, en langue wolof, signifie marché de fruits et légumes) est l’initiative d’un jeune ingénieur logiciel sénégalais, Aboubacar Sidi Sonko, qui a décidé d’aider les petits producteurs à trouver des marchés pour leurs cultures. En Afrique, les agriculteurs n’ont guère de contrôle sur la commercialisation de leurs produits, car les commerçants, exploitant l’ignorance des petits producteurs des zones rurales quant aux prix des denrées alimentaires sur le marché, achètent à bas prix pour revendre à un prix beaucoup plus élevé dans les centres urbains ou à l’étranger. Le manque d’accès aux informations sur le prix réel des produits sur le marché et la difficulté d’avoir un contact direct avec les clients potentiels, empêchent les agriculteurs d’attribuer la juste valeur aux cultures locales et de vendre les produits en accedence pendant la saison des récoltes.

La plateforme web mlouma offre un aperçu des produits agricoles disponibles dans chacune des zones de production et sur chaque marché. Les producteurs peuvent saisir les produits qu’ils souhaitent vendre, tandis que les acheteurs peuvent réserver les produits qui les intéressent, créant ainsi un véritable réseau virtuel de producteurs et de consommateurs. Mais comment les agriculteurs qui n’ont pas d’accès à l’internet peuvent-ils utiliser la plateforme ? Grâce à un partenariat avec la compagnie de téléphone Orange, Aboubacar et son équipe ont développé une application mobile utilisant le service USSD (Unstructured Supplementary Service Data). L’application, qui peut fonctionner sur n’importe quel téléphone mobile, a été conçue en collaboration avec l’équipe de développeurs de la société Orange, et est capable d’interagir parfaitement avec la plateforme web.

En 2015, la plateforme comptait environ 500 utilisateurs, mais après l’intégration avec le système USSD, Mlouma compte désormais plus de 100 000 utilisateurs présents dans différentes régions du pays. La startup a également mis en place un centre d’appels, capable d’aider tous ceux qui n’ont pas accès aux services, tant en ligne que hors ligne. Mlouma, avec des sociétés telles que Manobi, Esoko ou Farmerline, est aujourd’hui l’un des principaux acteurs d’Afrique de l’Ouest en matière de services mobiles dédiés au secteur agricole et au monde rural. Et comme toutes les startups numériques de ce type, le modèle économique repose sur l’abonnement des clients à des services de messagerie qui doivent disposer d’informations sur la disponibilité et le prix des produits agricoles disponibles (céréales, fruits et légumes locaux). Et dans ce cas, les clients sont les agriculteurs, les associations de producteurs et les petites et moyennes entreprises agroalimentaires.

Une petite révolution qui combine l’innovation et le savoir local, en donnant aux agriculteurs sénégalais les moyens de comprendre l’importance de la connaissance du marché, et en les aidant à défendre la production et le développement local. Mais c’est aussi un grand exemple, celui d’Aboubakar, un jeune Sénégalais qui a réussi, et qui a décidé de rester pour aider son pays.

Source : https://www.wired.it/economia/start-up/2017/04/21/creare-imprenditoria-senegal-la-startup-mlouma-lagricoltura-locale/?fbclid=IwAR1g6FOS_Z7nJ7oYXWjivOlYIrZKfIueyq0ww24XummssGpg3H0tHMnC4Cg&refresh_ce=

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.